Acheteur mode • Assistant chef de produit • Assistante de collection • Assistante showroom • Assistante styliste • Bonnetier • Chasseur de tendances • Chef de marché textile • Chef de produit textile • Conseillère de vente • Conseillère en image • Coupeur • Couturier main/machine • Créatrice PAP • Designer textile • Directeur flagship • Essayeur retoucheur • Essayeuse • Maquettiste mode • Mécanicienne en confection • Modéliste • Opératrice de confection • Ouvrière de confection • Patronnière gradeuse • Patronnière Lectra • Personal shopper • Piqueuse en confection • Premier vendeur • Prototypiste • Repasseur • Responsable corner • Responsable de coupe • Responsable produit collection • Responsable style et création • Responsable visuel merchandising • Retoucheuse • Styliste • Toiliste • Vendeur démonstrateur • Vendeuse en accessoires de mode • Vendeuse en prêt à porter • Vendeuse show room • Visuel merchandiser

OPTIMISER LA RECHERCHE

Contrairement aux coupeurs, mécaniciennes en confection, les places sont chères pour les stylistes et modélistes et c’est pourquoi il est préférable de bien choisir ses stages ce qui suppose d’avoir un bon feeling sur le bureau des modèles. Plus on découvre différents contextes de travail, mieux c’est. Chercher un job ne doit pas empêcher de travailler pour soi ou de faire un peu de freelance. S’inscrire par exemple sur la plateforme Tilli en attendant mieux. On peut aussi tracer sa propre route en passant par une plateforme de financement participatif ou en participant à des concours comme Talents de mode ou celui du Festival de Dinan. Les stylistes ne devraient pas non plus écarter les entreprises de l’industrie du textile (stylistes industriels qui créent le style «maison» des grosses industries) et notamment le segment des textiles techniques qui a le vent en poupe. Les petits fabricants, les façonniers sont de bon conseil. Il faut se montrer et persévérer, c’est à ce prix que l’on parvient à ouvrir les portes. Les fabricants n’ont pas tous un bureau des modèles mais ils ont des besoins ponctuels ou réguliers pour dessiner leur collection. Parcourir les blogs de mode, se rendre sur des salons comme MIF Expo ou encore au Festival international de mode, de photographie et d’accessoires de mode de Hyères n’est jamais une perte de temps. On y croise les CEO des ateliers de confection. Quant aux demandeurs d’emploi intéressés par un emploi d’ouvrière en confection, le défi est plutôt de localiser les ateliers. Pour des raisons stratégiques, les marques de mode cultivent la discrétion sur leurs lieux de production et font signer à leurs sous-traitants des clauses de confidentialité. Mais à l’heure du storytelling et de la promotion du Fabriqué en France, les marques se font moins cachotières. Le site Savoir pour Faire leur est très précieux. Les fabricants n’ont souvent pas d’autre choix que de former eux-mêmes leurs futures recrues. Armor Lux, Grandis ou encore Textile Academy Lacoste le font. Plus souvent, les petits ateliers passent par les agences d’emploi sur le local (ex: Polygone RH dans le Choletais), d’où l’utilité de bien connaître son territoire. L’immersion en milieu de travail (PMSMP) et la méthode de recrutement par simulation (MRS), sous la houlette de France Travail, sont assez souvent de mise. L’atelier de confection Saint James au Mont-St-Michel peine à recruter des ouvrières. Certains ateliers comme FIM à Fougères recrutent et forment des débutants en partenariat avec France Travail via le dispositif POE (Préparation Opérationnelle à l’Emploi). 400 heures suffisent à être formé, puis recruté. L’association marseillaise Insermode aide à l’insertion professionnelle vers le métier de mécanicienne en confection. Les créateurs parisiens pourront utilement rejoindre l’un des deux concepts store & coworking artistique de We Are From Paris. Une bonne rampe de lancement.

Retail : Conseillère de vente, un métier aujourd’hui en tension du fait d’un turn-over important (station debout) et des exigences des recruteurs qui ciblent des personnes dotées d’un sens aigu de l’accueil et du service et d’un savoir-être indiscutable. S’agissant de la vente en boutique, le porte à porte, s’il est bien préparé, reste le meilleur moyen pour décrocher un emploi rapidement. Il est préférable d’adopter le dress-code de la boutique pour ne pas se retrouver en décalage, chose qu’une bonne école spécialisée vous aura certainement déjà apprise. Les enseignes recrutent des personnes dotées d’excellentes qualités relationnelles, organisées, souriantes et sensibles à la marque et son univers produit. La relation doit être authentique, non superficielle. Dans les quartiers fréquentés par les touristes, être polyglotte, parler l’anglais au moins, est un quasi indispensable. Les boutiques affichent leurs besoins urgents sur leur devanture. Les marques internationales ont un site carrières et il faut surveiller les ouvertures de magasins. Le site fashion jobs affiche plus de 2.000 postes actuellement. Il y aura de belles opportunités pour les conseillers de vente et directeurs de magasins du côté de Giverny (27) l’année prochaine. Le groupe McArthurGlen a ouvert au printemps son complexe de 20.000m2 non loin du musée Claude Monnet et à moins d’une heure de Paris. Inscriptions ici.

optim-sun Réseau des écoles
optim-sun Porte à porte
optim-sun Stages
optim-sun Banques d'emploi
L’accès à cette fiche est réservé.
Si vous êtes abonné et à jour, identifiez-vous en cliquant sur "Me connecter" en haut de la page

Pas encore abonné?

Cliquer ici pour en savoir plus.